Liberté ? Égalité ? Fraternité ?

Bon, je suis née ici, à une époque où la vie était vivable.
J’ai grandi ici, la vie était toujours vivable.
J’ai eu la chance de vivre dans des régions encore préservées, notamment l’Auvergne, air pur, nature presque encore sauvage.

Et puis je suis partie vivre ailleurs. Air encore plus pur, aliments naturellement bio, pas d’eau courante, pas d’électricité, mais pas de racisme, ni xénophobie, totale fraternisation entre les différentes religions et certains de leurs dérivés sectaires.

Et puis je suis revenue ici, pour trouver des aliments pollués, trafiqués, sans goût, c’est la plaie du siècle, on s’adapte. Mais je ne reconnais plus la France que j’avais quittée :

Pour avoir à justifier de la provenance de ma nationalité française quand je demande un passeport ou un renouvellement de CNI, en frémissant puisque fille d’un papa immigré, naturalisé, certes, mais pas né en France. Où, jusque dans ma campagne, je note des discours xénophobes, où quand j’annonce « pas d’alcool, pas de porc pour moi », on me regarde d’un oeil suspicieux.

Où un chef d’état, fantôme pâlot, laisse le pouvoir aux mains d’ un individu qui abuse de son pouvoir pour imposer des lois iniques. Où sous prétexte de terrorisme et d’attentats, on renouvelle encore et encore un état d’urgence, que l’on maintient à grands coups de « encore une menace d’attentat déjouée » et où l’on donne par là même encore plus de pouvoirs à la police. Des flics à tous les coins de rue, qui ont de plus, maintenant, le droit de tirer à vue. Dont on se demande, en voyant les actes de torture et de viol dont ces individus déguisés en super héros se rendent coupables, dont on se demande, donc, qui est le plus dangereux ? Le black qui traîne dans la cité? Ou le soi-disant « représentant de l’ordre »? Je me demande : elle est où la liberté ?

Dans un pays soumis à la corruption et aux malversations, où la pauvreté gagne du terrain chaque jour, mais où les puissants et leurs proches empochent sans vergogne les deniers publics, où tel petit bonhomme  passe royalement entre les mailles de la justice, alors qu’un jeune sans abri et sans ressources se voit infliger 2 mois de prison pour le vol d’un paquet de pâtes et de riz, alors même que le malheureux « cambriolé » refuse de porter plainte; Dans un pays où l’on accuse les chômeurs et autres bénéficiaires du RSA et diverses aides sociales de « frauder » et de ruiner l’économie du pays, alors que des ex premier ministres ont largement usé et abusé des ressources de l’état pour partir l’un en week-end dans son château ou l’autre pour aller assister à un match de foot à l’étranger, et cela sans qu’ils ne soient accusés de fraude ou de détournement…. Déjà, au XVIIe siècle, Mr de la Fontaine disait : Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir
Et je me demande : elle est où l’égalité ?

Dans un pays où l’on condamne un paysan pour avoir aidé, hébergé, nourri, soigné des migrants;  où l’on interdit à des bénévoles, qui deviennent par là-même hors la loi,  d’apporter de la nourriture aux migrants bloqués à la frontière franco-italienne; où l’on pose des rochers sous les ponts de Paris pour que les sans-abri n’aient même plus la ressource de s’y réfugier;  où  la police, encore elle, arrache et détruit couvertures et tentes sous lesquelles tentent de s’abriter quelques misérables, alors qu’il fait un froid glacial; où un flic prétend que le terme « bamboula »  est à peu près convenable et où un ancien juge d’instruction prétend que c’est un terme presque affectueux;  où j’ai vu un boulanger refuser de donner « du pain d’hier » à un SDF « t’as qu’à travailler! » et où ce même boulanger m’a regardée de travers lorsque j’ai donné deux pains sur les 3 que j’avais achetés à ce SDF « un pour vous, un pour le chien »; où le commun des mortels fait un  détour pour éviter la personne qui gît sur le sol et surtout si elle est mal vêtue; où des dizaines de familles vivent dans la rue par manque de moyens pour se loger alors que les villes regorgent de bâtiments – administratifs ou privés-  vides;
La Déclaration de 1948 précise : « Tous les êtres humains doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».
Et je me demande : elle est où, la fraternité ?

Pour marque-pages : permalien.

14 réactions à Liberté ? Égalité ? Fraternité ?

  1. Fabrice Parisy a écrit:

    Bonjour croc,
    je partage en tout point le propos de ce texte. Je comprends à 1000% ton écœurement. C’est dur de voir son pays se replier à ce point, s’endurcir, perdre un peu plus chaque jour son âme, son sens de l’accueil… Certains jours, comme toi, je vois et entends des horreurs, des trucs que je n’aurais jamais pu pensables, comme si une partie de la France était en train de s décomplexer, dans le mauvais sens du terme. Oui, mieux vaut se décomplexer pour dénoncer les racismes, les égoïsmes, les suspicions délétères, etc.
    Pourtant, même si je refuse de faire l’autruche et de continuer à dire, pour la formule, pour la réputation, que mon pays est formidable tout le temps, je veux me convaincre que c’est une période sombre qui s’arrêtera un jour. Peut-être hélas qu’avant d’en arriver là, il faudra passer par ce que j’appelle « la gifle suprême », tu sais, celle après laquelle les dupés finissent par dire « plus jamais ça »…
    Je crois que la France a les moyens de relever la tête, ce sera long, mais j’ai foi en les hommes et les femmes de bonne volonté qui la peuplent, qui sont majoritaires, j’en suis sûr, mais constituent encore trop souvent la majorité silencieuse, tombant des nues au moins une fois par jour en constatant les dérives, comme toi, comme moi… Il me semble que si je dis que je fais acte de résistance, si je dis que je conserverai ma capacité à m’indigner face à l’indigne, je n’exagère pas.

    Belle nuit à toi. Et merci pour ce texte.

    FP

  2. jackline a écrit:

    Bonjour Croc…cela faisait longtemps que je n’étais pas passée te voir..souvent en voyages ces derniers mois…je constate ton amertume et ton écoeurement de voir notre pays se désagréger de tous les côtés, bouffés par la psychose de « l’étranger », des « migrants » etc…de l’insécurité qui nous rends tous paranos, et comme toi je ne vois pas de réelle possibilité d’amélioration à cet état de fait, surtout pas avec les « candidats » qui se présentent pour ces élections présidentielles…Pour le mimosas, il est superbe, j’adore ces arbres et le parfum de leurs fleurs…Bon week-end, et bises

  3. Henri de Margaux a écrit:

    Bonjour Croc,

    Merci pour ton gentil commentaire qui me permet de découvrir ton blog, J’a i bien aimé, je vais m’abonner.
    bien amicalement.

    Henri.

  4. Aliselle a écrit:

    Comme je te comprends….
    Parfois je me sens lasse et dégoûtée, et j’ai envie de baisser les bras….
    Et puis je me dis, que ce n’est pas la bonne solution… C’est en oeuvrant chacun à son échelle qu’on arrivera peut-être à faire bouger les choses, pas en fermant les yeux et en laissant faire…
    Ne lâchons rien…

    Bisous à toi, et bonne journée malgré tout.

  5. Renée a écrit:

    Ha si celle là j’avais reçu je vais voir l’autre. Bises

  6. jacou a écrit:

    Oui, aujourd’hui,rien ne semble plus aller en France.
    Et ce qui se passe en ce moment n’arrange rien.
    Nous vivons des temps très durs, très inconfortables; et je suis outrée comme toi de cet état d’urgence permanent, qui ne sert à rien, si ce n’est prétexte à grignoter un peu plus nos libertés et à nous faire avaler n’importe quoi, au nom de notre soi-disant sécurité.
    Je reste optimiste, malgré tout; Peut-être ai-je tort. Amitiés

  7. Kri a écrit:

    Mais qu’a t-on fait de notre planète?
    Puisqu’on ne sait pas changer le monde, changeons nous nous-même … parait il!
    Bon vendredi Croc

  8. marine D a écrit:

    Restons ce que nous sommes et tu vois je sais qu’il y a des bonnes personnes partout, j’ai envie de ne pas tout voir en noir, même si l’actualité nous désole profondément, il faut expliquer aux gens, aux jeunes surtout qu’il est mauvais de monter les personnes les unes contre les autres !
    Pour les giroflées elles sont épatantes , elles se re-sèment et durent très longtemps, jaunes et brunes ou violettes et mauves, je les aime beaucoup
    Bisous Croc

  9. .fanfan2B a écrit:

    C’est exactement cela! Je ne vois qu’un remède:on recommence la révolution …mais quand je vois où nous en sommes aujourd’hui, j’ai des doutes sur l’efficacité de cette méthode .
    On se croit revenus au temps du roi soleil . Le pays est fichu et nous avec!

  10. jazzy57 a écrit:

    Je crois que tu as parfaitement souligné tout ce qui est inacceptable dans cette France d’aujourd’hui . Je commence à voir se rapprocher les élections avec une peur croissante .
    Bises

  11. Renée a écrit:

    Reste comme tu est, fais ce que tu sens qu’il est bien de faire. Ce que les politiques eux ne font pas. Que dire de plus sur ce texte qui résume tout….

    Je ne sais franchement pas, si ce n’est juste, qu’ayant vécu une partie de ce que tu décris, je comprends bien ton ressentis qui est on ne peut plus juste mais, c’est pas qu’en France…..
    Les fleur ne sont pas de mon balcon c’est quand même un peu tôt. Bisousss

  12. Quichottine a écrit:

    Rien à ajouter…
    Si ce n’est qu’il faut que tu ne changes pas. :)

  13. Assoula a écrit:

    ton texte est tellement vrai profond touchant que dire de plus?!
    Comme toi et Dimdadom e vis en Belgique sis dégotée de ces cols blancs frauders ces mandait a 60000eros/mois…
    Et quel avenir pour nos enfants….

  14. dimdamdom59 a écrit:

    Voilà une belle analyse d’une France devenue puante !!!
    Figure toi que je vis depuis 44 ans en Belgique. Je me suis fait beaucoup d’ennemis, parce que j’étais trop « chauvine » mais je m’en tapais, j’étais trop fière d’être Française.
    Mais aujourd’hui, je ne suis plus rien, ni Belge, ni Française parce que j’ai honte tant de l’une que de l’autre pour les raisons que tu décris si bien.
    J’espère tout de même que tu te sens bien dans ton nouvel univers.
    Bisous !!!
    Domi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *