Echappée d’Escargots

Pour les recettes de cuisine de Melle Domi (clic)

Ceci est  une non-recette de cuisine, le sous-titre pourrait être « comment parvenir à ne pas cuisiner des escargots »

Votre beau-frère, venant de sa Normandie natale passer quelques jours dans votre belle Dordogne, émet l’idée de manger des escargots dans les prochains jours.

Vous, serviable, approuvez et proposez d’en faire provision lors de votre prochain passage au supermarché. Beau-frère, horrifié, désapprouve vigoureusement l’idée d’engraisser ces profiteurs, alors que vous avez un immense jardin et que la saison est plutôt humide. « Je vais les ramasser avec les enfants, ajoute-t-il, ça les occupera. Je les cuisinerai, c’est facile, il faut les enfermer dans le noir, les laisser s’assécher tout doucement, puis quand ils ne bavent plus, j’entame la préparation. Pour commencer, il me faut :
– Un seau
– Un grand, très grand pot de fleurs
– De quoi couvrir le pot
– Une grosse pierre pour maintenir le couvercle
– Un râteau et une pelle
Ce dernier énoncé vous inquiète un peu, et vous vous enquérez prudemment de l’utilisation de ces outils.
– Ben, au cas où il y aurait des serpents ou autres bestioles, et pour ne pas mettre les mains dans les crottes de tes volailles qui divaguent en liberté sur le terrain, tiens !
– Mes volailles, errant en liberté sur le terrain, chassent par la même occasion les serpents, sauf Sidonie.
– C’est qui, Sidonie ?
– La grande couleuvre que nous avons sauvée de la noyade dans le puits, et qui vit quelque part par là, vers la mare, au fond … (geste vague en direction des 5000m² verdoyants émaillés de cosmos ici et là..)
– Une couleuvre ? Grande comment ? (regard horrifié dans la direction vaguement indiquée précédemment)
– Ah ben elle doit faire dans les 2 mètres. C’est une couleuvre à collier, et, cher beau-frère, ces couleuvres sont inoffensives, et celle-ci, de plus, se rend utile en nous épargnant l’incrustation de rats dans le poulailler, et la venue d’indésirables vipères.
– (braillement) DES RATS, DES VIPÈRES ?
– (Là, vous perdez patience, et braillez à votre tour) YA NI VIPÈRES NI RATS, PUISQU’IL Y A UNE COULEUVRE !!!
– T’ES SURE ?
Soupir, yeux au ciel, vous tournez les talons et allez désherber vos tomates, et vous commencez à pressentir que vous allez entrer dans une période héroïque.
Le lendemain matin, beau-frère, accompagné de Fils N°2 et de Fille N°2, respectivement âgés de 8 et 4 ans, armes à la main, arpentent le terrain, fils poussant le râteau devant lui, et aplatissant par la même occasion la belle herbe bien grasse dont se régalent poules et canards, beau-frère écartant précautionneusement du plat de la pelle les touffes d’herbe, prêt, ce salaud, à aplatir vigoureusement votre couleuvre, fifille trainant derrière elle le seau aussi haut qu’elle. Vous, appuyée sur votre binette, vous marrez tout doucement.
Cette chasse dura plusieurs jours, et de gros escargots s’entassèrent tout doucement dans le pot de fleurs, jusqu’au jour où beau-frère commença à s’inquiéter du fait que les escargots fussent toujours aussi gras, aussi baveux, laissant de très belles traînées irisées sur les parois du seau, sur le couvercle, sur les coquilles de leurs congénères.
Vous, sournoise et pas du tout pressée de manger ces trucs qui font pourtant le délice de vos poules, taisez prudemment le fait que vos enfants, à l’âme tendre et au cœur sensible, vont tous les soirs en catimini, arracher des feuilles aux laitues du potager de leur cher papa, pour les donner en pâture aux gastéropodes, sous votre regard attendri. Toujours sournoisement, vous susurrez que ce ne sont peut-être pas des escargots comestibles, et qu’il vaudrait mieux s’épargner tous ces efforts pour aller en acheter de tout cuisinés.
– Je les prendrai chez le traiteur, si tu ne veux pas que j’achète chez Edouard.
– Pas du tout ! (le Normand est têtu!) Je vais les asperger de gros sel.
Il s’engouffre dans votre cuisine, fait main basse sur votre bocal de sel. Vous hurlez qu’il n’est pas question que votre sel marin que vous achetez à prix d’or dans la boutique bio en ville soit gaspillé pour arroser des cagouilles ! (Nous sommes en 1990, le sel marin ne se trouve pas encore en vente libre chez Edouard et consorts)
Vous proposez donc aimablement d’acheter, dès le lendemain, à l’occasion d’une virée en ville, du gros sel bien ordinaire, pour faire baver et buller ces maudites bestioles, encore que vous trouviez l’idée barbare. « On dit dégorger, béotienne » vous assène aimablement beau-frère qui commence à vous taper sérieusement sur les nerfs. Vous ne relevez pas l’insulte, emmenez les enfants au potager sous prétexte d’arrosage des légumes, mais en réalité pour la récréation vespérale qui consiste à braquer le tuyau d’eau glacée sortant directement du puits, sur les enfants dans le plus simple appareil qui poussent des hurlements ravis. Et vous commencez à ruminer des idées de meurtre, de basse vengeance, tout pour ne pas avoir sur la conscience la mort de ces bestioles, et ne pas voir le regard affligé de vos deux nains.
Le lendemain, toute fraiche et souriante, paniers et clés de voiture à la main, vous annoncez à la cantonade
– j’y vais, je récapitule, le pain, les croquettes pour les poilus, le maïs pour la volaille, et le sel pour beau-frère. Rien d’autre ?
– pas la peine, vous répond ce dernier, abattu. Ce matin, j’ai trouvé le pot renversé, et tous les escargots disparus.
– NON ! Sans blague ! Ah ben ça alors! C’est encore le chien qui a coursé les chats et qui a dû renverser le pot au passage. Bon, tu veux que je ramène des escargots tout préparés, remplis d’une immonde purée verdâtre, qu’il suffira de faire réchauffer au four ?
– Non, on ne sait pas avec quoi ils sont faits, ces escargots là !
– Tant pis, c’est bien dommage.
Mais vous ne parvenez pas à avoir l’air aussi affligée que vous le devriez, les nains se marrent, leur père fuit lâchement dans son potager, et beau-frère vous soupçonnera toujours d’avoir largement aidé le chien à renverser ledit pot de fleurs. Il est vrai que, pour faire bonne mesure, vous auriez dû faire choir le pot, le fêlant, voire le cassant par la même occasion, au lieu de le coucher soigneusement sur le côté, après avoir ôté le couvercle.

Pour marque-pages : permalien.

19 réactions à Echappée d’Escargots

  1. colettedc a écrit:

    Hi ! Hi ! Hi ! Bravo ! Bonne semaine ! Amitiés♥

  2. dimdamdom59 a écrit:

    J’aime beaucoup ton histoire remplie de tendresse. personnellement j’aime bien une bonne cassolette mais faut surtout pas me montrer le cadavre de ces braves petites bestioles 😉
    Bien fait pour le beauf na 😉
    Bisous Croc et bon lundi de Pâques au lieu de la chasse aux escargots va à la chasse aux eux avec tes petiots :)
    Domi.

  3. écureuil bleu a écrit:

    Bonjour Croc. J’adore ton récit de la chasse aux escargots qui m’a rappelé des souvenirs. J’ai un oncle qui partait aussi à leur recherche dès qu’il pleuvait. Les ramasser je voulais bien mais las manger : jamais !

  4. claire fo a écrit:

    On imagine la scène et on sourit….
    J’ai adoré! Bravo!!!

  5. Florence a écrit:

    Florence – Testé pour vous
    Bonjour…au fait, je n’aime pas trop les escargots..Je trouve ça dégueu, gluant, caoutchouc…en revanche, la sauce..hummm, c’est bon..mais après, on a intérêt à se laver les dents ou prévoir un bon chewing-gum :-) :-) car puage de gueule garanti :-)
    Aujourd’hui, manif à Toulouse contre la loi du travail..et toujours d’actualité, l’attente d’Erwin, qui refuse de sortir..ah la la, j’te jure celui-là…il joue à fond les prolongations :-)
    Je te souhaite une très bonne journée…marche, marche, oui, oui, ça fait du bien :-)

  6. jill bill a écrit:

    Bonsoir Croc… Je n’ai mangé que tardivement des escargots… ça ne nous disait rien à la maison, belge une fois, bah c’est pas mauvais au beurre à l’ail… Au jardin nous en avons pas mal, mais je les laisse aux étourneaux qui ont l’art de les déloger de leur coquille… et ça s’entend ! Merci… jill 😉

  7. La fuite éperdue des escargots, il faut leur souhaiter une petite pluie ou un bon arrosage pour qu’on ne puisse pas les suivre à la trace.

  8. Renée a écrit:

    Que ça fait du bien de rire un bon coup et par la même occas, de ne pas manger d’escargots! Bisous toi
    P.S. comment t’eas réussi a mettre une si grande photo en baninère sur ce thème??????’ Merci de me dire j’avais essayer mais me suis casser le nez! re becs

  9. marine D a écrit:

    Sacrée Croc !
    Mes parents aimaient les escargots, je n’ai jamais pu en avaler de ces gros escargots de Bourgogne, je les ai recrachés… Je ne risque pas d’aller à leur recherche ! Mais j’aime à garder les coquilles vides dans la rocaille, je trouve que c’est joli.
    Les couleuvres mes garçons le attrapaient mais ne les tuaient pas, je ne peux pas les toucher pour ma part. Pour le autres animaux, chevaux, ânes, chats, chiens, poules, oiseaux pas de soucis et je n’ai pas peur des souris ni des araignées non plus…
    Bisous et bonne soirée

  10. Florence a écrit:

    Florence – Testé pour vous
    Bonjour…ah comme c’est drôle…et ta manière de raconter…j’adore car à chaque mot, on imagine la scène…bon, j’avoue que ton beau frère ressemblait à pas grand chose…ou plutôt si, grand, sec, l’air hautain et casse pieds…j’ai adoré lire cette recette d’escargots qui se termine bien…surtout pour les escargots…
    Tu sais, de te lire fait du bien…ça permet l’espace de quelques instants d’oublier…oh pas longtemps, mais ça fait du bien :-)
    Je me suis lancée dans un livre, que j’ai fini hier…et j’en ai redémarré un autre ce matin…besoin de m’occuper l’esprit, encore et encore…et Erwin qui ne se décide pas à sortir :-(
    Mais bientôt bientôt :-)
    Bises et encore bravo et encore merci pour ce récit humoristiquement super bien mené :-)

  11. Quichottine a écrit:

    Morte de rire !
    J’adore !

    … et tu as bien fait ! :)))
    Bisous et douce journée.

  12. Kri a écrit:

    Mais laissons ces monopodes trainer leur bave tranquillement!
    Je n’en mange pas …

  13. lizagrèce a écrit:

    J’aurais volontiers participé au sauvetage d’escargots. Pas à celui de la couleuvre.

  14. clara65 a écrit:

    Sauver des escargots mériterait sans doute une médaille ? (rires)
    Autrefois, j’en faisais de ces escargots soit à l’espagnole avec de la sauce tomate et du chorizo, soit au beurre persillé.
    C’était alors apprécié, mon ex-mari étant espagnol, mais depuis, j’en suis revenue et je pense que je ne m’y remettrai jamais.
    J’ai aimé ton histoire drôlatique à souhait.
    Amicalement.

  15. Martine 85 a écrit:

    Il ont eu chaud ces escargots et bravo pour ce sauvetage. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton texte et j’aime la touche d’humour final. Beau mercredi

  16. jazzy57 a écrit:

    Hé hé , les escargots ont la vie belle chez toi comme dans mon jardin . Il n’y a que quand ils boulottent mes fleurs que je rouspète …
    Bonne soirée
    Bisous

  17. Hibernatusmarmota a écrit:

    Bon je n’ai pas droit au chapitre………… Je suis…… Bourguignonne

  18. fanfan2B a écrit:

    Hi!hi!
    C’est très drôle! Ces braves bestioles ont eu la vie sauve grâce à vous trois. J’espère que le beau-frère ne s’est pas vengé!
    Moi, je n’aime pas les escargots . Mon plus jeune fils avait loué une maison qui appartenait à un éleveur d’escargots. Lorsqu’il pleuvait,on ne pouvait plus faire un pas, sans en écraser ! Et ils étaient énormes;(ils mangeaient tout ce qu’il plantait !
    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *